VIOLENCES et TRAUMATISME

J’interviens au centre Existencielles (Paris 11) dans le cadre de parcours de soins pluridisciplinaires dédiés aux femmes victimes de violences et souffrant de l’État de Stress Post-Traumatique (ESPT).

J’accompagne les victimes de violences et de stress post-traumatique :

  • Violences sexuelles

  • Violences psychologiques

  • Violences conjugales

  • Emprise, relations toxiques et victimes de « pervers narcissiques »

 

L’ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE (ESPT)

TRAUMA

Évènement traumatisant passé.

Ex : catastrophe naturelle, accident, guerre, agression physique, violences sexuelles, maltraitance, décès d’un proche, perte d’emploi, rupture, intervention chirurgicale, accouchement difficile…

On n’en a pas toujours une mémoire consciente.

STRESS

Le Trauma déclenche une réaction de survie : état d’alerte, un stress consécutif au trauma, une sorte de disjonction du cerveau et un phénomène de dissociation avec anesthésie affective et physique.

Ce stress permet la survie de la personne sur le moment.

ESPT

Le stress intense consécutif à un trauma perdure intensément bien au-delà du trauma, parfois pendant des années, voire des décennies.

L’ESPT continue au présent, alors que le trauma, lui, est passé.

Le corps s’en souvient, même si le trauma a été oublié.

Dans le monde plus de 70% des adultes vivent ou ont vécu un événement traumatisant au cours de leur vie. 

Le risque de développer un Stress Post-traumatique après un événement traumatisant est de 24 %

5 à 6 % des hommes et de 10,5 à 13,8 % des femmes ont ou vont souffrir de stress post-traumatique au cours de leur vie.

J’UTILISE LA SOPHROLOGIE, L’HYPNOSE ET LE RITMO

pour accompagner les conséquences du traumatisme

APPORTS DE LA SOPHROLOGIE

DANS L’ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES DE TRAUMATISME

STRESS ?

ANXIÉTÉ ?

STRESS POST-TRAUMATIQUE ?

L’état de stress post-traumatique (ESPT) est un trouble anxieux. L’anxiété, c’est une sorte de stress diffus, continu et permanent, due à la peur.

Comprendre le stress et l’anxiété aide donc à comprendre l’ESPT.

Le rôle fondamental du CORPS et de la PHYSIOLOGIE dans ces trois mécanismes permet de mieux cerner l’enjeu d’un accompagnement psycho-corporel.

LA SOPHROLOGIE :

PARCE QUE LE CORPS SE SOUVIENT

Pour une meilleure prise en charge, une personne en ESPT doit être suivie par un réseau de professionnel·les : médecin, gynécologue, psychologue, thérapies alternatives (hypnose, EMDR, méditation) et thérapie psycho-corporelle. L’apport de cette dernière est évidente, puisque l’ESPT est essentiellement physiologique.

Ces dernières années, les publications et recherches se sont orientées vers l’apport fondamental du travail CORPOREL (voir les travaux de Bessel van der Kolk, Peter A. Levine, Babette Rotschild).

Que peut apporter la sophrologie, thérapie psycho-corporelle, dans la reconstruction de la personne traumatisée ?

L’habitation du corps traumatisé est difficile, douloureuse, ce corps étant sous l’influence d’un système nerveux fortement perturbé. La personne tend même à fuir son corps (par les addictions, le surinvestissement des pensées et de l’imaginaire, des comportements de fuite, d’agitation…) ou à le maltraiter (troubles alimentaires). Parce qu’il est un espace de souffrance, le corps est mal vécu, mal perçu.

La sophrologie permet de reconquérir en douceur l’espace corporel, de réintégrer psychiquement ce corps, avec bienveillance. De réconcilier la personne avec son être. La sophrologie favorise la perception positive :

DU CORPS

DE L’ESPRIT

DES ÉMOTIONS

DE LA TEMPORALITÉ

DES VALEURS